Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Si vous faites de l’arpentage aérien, la GSD ou la distance d’échantillonnage au sol est un terme qui vous est familier. 

Métrique permettant de situer avec pertinence des points sur une carte, elle est souvent utilisée pour déterminer les limites d’une parcelle de terrain, pour cartographier le débit d’une rivière ou encore pour créer un nouveau projet en 3D.

De quoi s’agit il?

Toute image numérique est une combinaison de pixels. La GSD est la distance entre un point central de deux pixels consécutifs.

Cette distance est calculée et utilisée lors de la création de cartes topographiques en 3D par photographie aérienne ou photogrammétrie.

Chaque pixel est important et peut changer la donne lors de la prise de décisions. Une erreur d’un centimètre peut en effet paraître mineure. Cependant, si cette erreur est extrapolée sur des centaines de milliers de pixels, un grand décalage sera créé avec la réalité.

Quelles sont ses applications?

La GSD aide à la création d’une carte ou d’un modèle précis. Son utilisation s’étend de plus en plus dans les différents domaines suivants:

  • Construction: Les drones permettent à la fois de surveiller un chantier et de déterminer ses dimensions exactes.
  • Cartographie: les cartographes ont réussi à adopter la technologie de cartographie par drone.
  • Exploitation minière: les drones sont utilisés pour inspecter les carrières et les mines à ciel ouvert ou mesurer les volumes de stocks.
  • Architecture: Les architectes utilisent la cartographie par drone pour créer des modèles 3D.
  • Frontières terrestres: la cartographie aérienne permet de déterminer la propriété foncière.

Quel est le niveau de précision GSD idéal?

La distance d’échantillonnage au sol dépend du projet à réaliser et du niveau de précision nécessaire. Par conséquent, plus une distance est élevée, moins elle est précise (car un pixel représentera une plus grande superficie). 

Un travail de grande échelle (définir les limites d’une propriété se trouvant sur un grand terrain) peut être effectué d’une distance lointaine, tandis qu’un projet nécessitant plus de précisions (connaître la distance entre deux poutres sur un site de construction) doit être pris d’une distance plus proche.

Une GSD idéale est donc une distance qui permet d’obtenir un maximum d’informations en prenant le minimum de photos. Il existe également des logiciels (comme DJI Terra) qui aident à transformer les données collectées en cartes ou en modèles 3D.

Comment calculer la GSD ?

Le calcul de la GSD est très simple. Il faut tout d’abord connaître la hauteur et la largeur du capteur, la hauteur et la largeur de l’image, la distance focale et la hauteur de vol. 

Ces données sont ensuite appliquées dans l’une de ces deux formules, l’une pour la hauteur et l’autre pour la largeur.

GSDh = hauteur de vol x hauteur du capteur / longueur focale x hauteur de l’image.

GSDw = hauteur de vol x largeur du capteur / longueur focale x largeur de l’image.

Le résultat le plus pertinent à considérer est la valeur la plus basse trouvée.

La Matrice 300 RTK: Une précision imbattable 

La Matrice 300 RTK est conçue pour les géomètres. Ses différentes fonctionnalités lui permettent de mesurer au centimètre près la GSD. En combinant la Matrice 300 RTK avec la caméra Zenmuse P1 et le logiciel intuitif de cartographie par drone DJI Terra, n’importe quel travail de levé aérien peut être effectué.

Cet article Applications et Bonnes Pratiques de la GSD est apparu en premier sur Flying Eye.

Read More
Flying Eye

What's your reaction?
0Smile0Angry0Wow0Sad0Lol0Wtf

Add a comment

Powerloop fait partie du réseau Drone Malin 

Contactez-nous

+33 6 75 20 52 92

9h–19h

contact@powerloop.fr

Copyright © Powerloop. Fait avec  et beaucoup de  par Vincent galard