Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Prédire l’évolution de l’écosystème et des rivages de l’Afrique est de plus en plus difficile.

La pollution, les inondations et les érosions sont particulièrement élevés dans ce continent. Une somme de 3,8 milliards de dollars du PIB du Togo, de la Côte d’Ivoire, du Bénin et du Sénégal est investie en 2017 pour atténuer les conséquences de ces phénomènes.

La Banque Mondiale, consciente de l’ampleur de cette crise, a lancé le “West African Coastal Areas Management Program” notamment connu sous le WACA. Ce programme a pour but d’aider les pays de l’Afrique de l’Ouest à gérer leurs zones côtières et à préserver leurs littoral.

Pourquoi choisir les drones?

Les rives et les régions côtières en Afrique sont des zones mobiles et hautement sensibles. L’arpentage, par conséquent, doit être non intrusif et flexible en termes de déploiement et de rentabilité.

Les drones DJI se sont avérés rapides, sécurisés et optimales ce qui a fait d’eux la solution technologique idéale implémentée dans ce programme.

 

Artelia, leader européen en ingénierie, a dirigé des interventions de WACA au Togo et au Bénin. Durant ces interventions, ils ont utilisé le Phantom 4 RTK et le GNSS bi-fréquence.

Le Phantom 4 est doté d’une performance imbattable dans les climats chauds et tropicaux et où la vitesse du vent varie entre 20 et 27 nœuds. Déployé en quelques minutes, ce drone est capable de couvrir rapidement de très vastes zones et permet de récupérer des données précises même dans des conditions météorologiques difficiles.

 

Les drones pour comprendre le réchauffement climatique:

Le drone est un outil permettant la collecte de données grâce à des prises de vue aérienne. Ces informations peuvent contribuer aux planifications stratégiques du littoral Africain et renforcer les efforts de surveillance communautaire.

« Les données récupérées par drone permettent à nos ingénieurs d’extraire des nuages de points denses, d’établir les positions des rivages en 2D et d’interpréter toutes ces informations», a déclaré Mr Benoit GUILLOT, manager drone chez Artelia.

Les données traitées seront également exploitées pour:

  • Simuler des ondes avec des modèles 2D / 3DH.
  • Simuler des changements du littoral par rapport à l’élévation du niveau de la mer.
  • Alimenter les modèles de simulation des effets des tempêtes et des inondations.

Toutes ces informations sont capables d’aider les autorités locales à anticiper les problèmes liés au changement climatique et à concevoir des solutions durables pour atténuer les conséquences.

«Notre objectif est de pouvoir entreprendre des missions similaires toute l’année et de suivre de près les différentes variations des zones côtières», a déclaré Guillot. «Partager les meilleures pratiques, enseigner les différents protocoles de télépilotage de drones et apprendre aux autorités locales le traitement optimal et l’exploitation maximale des données est notre objectif.»

Cet article Les Drones et le Changement Climatique en Afrique est apparu en premier sur Flying Eye.

Read More
Flying Eye

What's your reaction?
0Smile0Angry0Wow0Sad0Lol0Wtf

Add a comment

Powerloop fait partie du réseau Drone Malin 

Contactez-nous

+33 6 75 20 52 92

9h–19h

contact@powerloop.fr

Copyright © Powerloop. Fait avec  et beaucoup de  par Vincent galard